Mentions d’impression  |  Contact

Autrefois

 

Un milliard de fraises plus tard

Les frères Ernst et Otto BUSCH n’imaginaient sans doute pas que l’on puisse décrire ainsi, 100 ans plus tard, la performance réalisée par l’usine de fraises dentaires qu’ils fondaient à Düsseldorf en 1905.

Leur ambition était de faire progresser simplement l’odontologie qui était à ses débuts à une époque où 500 dentistes étaient installés en Allemagne.

Les frères fondateurs ainsi que les deux générations qui suivirent ont très bien réussi car tout l’histoire de l’entreprise qui s’installait à Engelskirchen en 1908, est caractérisée par
l’adaptation constante aux progrès techniques et scientifiques.

Des nouvelles familles de produits tels que

- les premières fraises dentaires en carbure de tungstène en Allemagne
- les instruments revêtus de diamants s’avéraient les piliers d’un progrès constant.

Ces phases innovatives essentielles basées sur des matières nouvelles, entraînaient la mise au point de milliers de nouveaux produits, ce qui permettait de diminuer progressivement
l’inquiétude éprouvée par le patient lors de l’intervention chez le dentiste.

 

Firmengründer | Ernst und Otto Busch
             Ernst Busch                  Otto Busch   



 



100 Jahre BUSCH & CO. KG

 

Eisenhütte um 1908

Acquisition d’une usine sidérurgique
désaffectée en 1908 

 

 

Produktionsfoto um 1923

Photo de la production en 1923

Le savoir-faire acquis a su faire profiter d’autres utilisateurs qui ont rapidement apprécié l’excellente qualité des produits de la société BUSCH. Des orfèvres, sertisseurs de pierres précieuses et podologues étant devenus de vrais adeptes de ces produits, ont inspiré la société BUSCH à de nombreuses innovations, aux produits de qualité supérieure fabriqués à Engelskirchen grâce à une technologie de pointe. Ces produits sont distribués dans une centaine de pays de la planète.

A propos Engelskirchen : Ce qui semblait inciter les frères BUSCH à s’installer dans la vallée de la Agger, ce fut peut-être le « Genius Loci » ou la force hydraulique de l’usine sidérurgique qu’ils avaient acquis ou leur beau-frère aisé résidant dans le village voisin « Ründeroth », qui leur prêta son soutien financier durant la phase initiale.

Le bénéfice pour les habitants et le village de Engelskirchen ne résultait pas uniquement de l’activité de cette nouvelle usine presque unique à cette époque. L’activité de la société BUSCH et l’enthousiasme générale ainsi que la volonté de prendre des risques entraînait dans la commune la création de nombreuses entreprises, un phénomène qui causerait de nos jours de l’étonnement. Chacun était alors l’artisan de sa fortune du fait que l’aide apportée par l’état était quasiment nulle.

Alors que les effectifs de la société BUSCH atteignaient un maximum de 180 personnes, les anciens qui avaient reçu une formation professionnelle au sein de la société, se mettaient à leur compte en fondant leur propre entreprise, créant ainsi près de mille emplois.

Parmi ces entreprises nouvelles ne figuraient pas seulement des fabricants d’instruments dentaires mais aussi des usines produisant des forets hélicoïdaux, outils de fraisage et abrasifs.

A l’image du phénix renaissant des ses cendres, une ancienne employée créa une entreprise de moulage par injection et obtint par la suite des commandes de la société BUSCH.

Cette conjoncture spéciale à Engelskirchen se termina dès le début de la seconde guerre mondiale. Toutefois, de nombreuses entreprises existent toujours, constituant la base de
l’industrie locale. Le passé et le présent montrent que les décisions prises à l’avenir dans l’entreprise centenaire seront sans aucun doute favorable pour la société.

Le soutien pour les projets non liés à la société fait parti. La société BUSCH soutient régulièrement les organisations humanitaires en forme de dons généreux comme par exemple pour la « deutsche Welthungerhilfe » (aide mondiale contre la famine), la « deutsche Krebshilfe » (association allemande pour la lutte contre le cancer), le corps des sapeurs-pompiers de Engelskirchen et la « Kölner Rundschau Altenhilfe » (aide local aux personnes âgées).

Source: divers publications de presse

  bereichsleiter_2017_homepage

Gérance et management 2017

 

 

 

En haut de la page Recommander la page Version imprimee